Après la crise sanitaire, un possible retour des Années Folles

Il y a 1 semaine 26

Pour l’hebdomadaire portugais Visão, il faut “envisager l’avenir avec optimisme” : entre révolution numérique et perspective de croissance, la fin de la pandémie de Covid-19 pourrait laisser place à de nouvelles Années Folles. C’est notamment l’hypothèse formulée par le sociologue américain Nicholas Christakis.

D’emblée, Visão en convient : difficile de faire entendre, au regard de la crise sanitaire et sociale actuelle, que les prochaines années s’annoncent pleines de promesses. Et pourtant, “les comparaisons entre cette nouvelle décennie et les années 1920 sont presque trop évidentes”, assure le magazine portugais.

Aussi annonce-t-il en une l’avènement, après la pandémie de Covid-19, d’une “ère d’innovation et de prospérité économique, qui aura des conséquences sur notre mode de vie, exactement comme ce qui s’est passé il y a un siècle”, au sortir de la Première Guerre mondiale.

Des percées scientifiques et technologiques

Cette fois, ce n’est pas de jazz qu’il sera question, ni d’émancipation des femmes ou de naissance de la culture de masse. Les temps ont changé et les perspectives, énumérées par l’hebdomadaire, aussi. 

De nouvelles technologies révolutionnaires, une économie plus apte à absorber l’innovation, un changement de paradigme énergétique, des gouvernements moins effrayés par le déficit et la dette, un plan de relance européen qui se compte en milliards d’euros et le désir de retourner manger au restaurant, d’aller écouter des concerts, de voyager… Il y a des raisons d’être optimiste devant la décennie qui s’annonce – certaines d’entre elles sont nées des effets de la pandémie.”

Parmi les percées scientifiques et technologiques, Visão cite évidemment les vaccins contre le coronavirus, mais aussi la transformation digitale des chaînes de production, l’intelligence artificielle ou la viande “cultivée” en laboratoire. La décennie qui s’ouvre sera celle de la biotechnologie et de l’énergie verte, lit-on dans les pages de l’hebdomadaire où témoignent plusieurs universitaires, au premier rang desquels Nicholas Christakis. 

Ruée vers l’art, la fête et le sexe !

Pour ce sociologue et médecin américain, professeur à la prestigieuse université Yale et “intellectuel rock star” selon le New York Times, l’après-Covid-19 sera une période de renaissance. Au programme, à partir de 2024, une fois la crise sociale et économique dépassée : “Des boîtes de nuit et des stades bondés”, “un monde artistique florissant”, mais aussi l’augmentation du “dévergondage sexuel”, et un “recul de la religiosité”

Visão prend déjà l’exemple des 20 000 personnes qui se sont ruées il y a un mois sur le concert de Six60 en Nouvelle-Zélande : 

L’euphorie se trouve déjà, du moins pour certains, au coin de la rue.”

Si les scientifiques portugais sollicités par le magazine sont plus mesurés à l’idée de comparer les périodes postpandémiques du Covid-19 et de la grippe espagnole (à l’époque, relèvent-ils, il n’y avait pas de vaccins), certains confirment toutefois voir venir une période faite de décompression sur le plan émotionnel, relationnel et sexuel. Haut les cœurs !

Vincent Barros

Source

En 1993, le vieil hebdo tabloïd en noir et blanc O Jornal se métamorphosait en un newsmagazine haut en couleur, sorte de Newsweek portugais. Beau produit marketing du groupe suisse Edipresse, le titre est aujourd’hui le deuxième

[...]

Lire la suite
Lire la Suite de l'Article