Opinions Livres

Le politologue et professeur à Sciences Po consacre un « Que sais-je » à cette épineuse question, qui traduit le malaise de la démocratie représentative.

Article réservé aux abonnés

Livre. Qu’est-ce que le populisme ? Une catégorie confuse, encombrée et péjorative qui n’a pas grand sens ? Le petit livre de Pascal Perrineau, professeur émérite des universités à Sciences Po, a le mérite de condenser l’énorme production sur cette épineuse question en quelques pages simples et claires. Le populisme, selon la définition désormais classique du politologue néerlandais Cas Mudde, est « une idéologie qui considère que la société est séparée en deux groupes homogènes et antagonistes, le peuple pur et l’élite corrompue, et qui soutient que la politique devrait être une expression de la volonté générale du peuple ».

Le populisme est, pour lui, une idéologie « faible », qui se greffe sur une « idéologie d’accueil », qu’elle soit de gauche ou de droite. Le populisme a une histoire : il aurait vu le jour dans la Russie des années 1850-1870, dans une sorte de socialisme agraire opposé au pouvoir tsariste. Il rebondit aux Etats-Unis avec le People’s Party, en 1891, chez les petits paysans des plaines à blé et des champs de coton et, après mille détours, notamment en Amérique latine, il « s’installe comme une réalité politique pérenne » en Europe, relève Pascal Perrineau.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le Siècle du populisme » : Pierre Rosanvallon relève le défi populiste

Le politologue Gilles Ivaldi a calculé qu’à l’issue des élections européennes de 2019, les députés populistes occupaient 230 des 751 sièges du parlement de Strasbourg, soit un tiers des élus, contre un gros quart en 2014. L’essentiel de la progression est dû à la droite radicale populiste, devenue une force politique significative dans la moitié des pays de l’Union européenne. La gauche populiste est, elle, présente en France (La France insoumise), en Allemagne (Die Linke), aux Pays-Bas, au Danemark, en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Suède…

Sept Etats dans l’UE

De grands pays ont été dirigés par des leaders populistes assumés, Donald Trump aux Etats-Unis (2016-2021), Rodrigo Duterte aux Philippines depuis 2016, Jair Bolsonaro au Brésil depuis 2019, mais aussi Vladimir Poutine en Russie depuis 2000, Recep Tayyip Erdogan en Turquie depuis 2003, ou Narendra Modi en Inde depuis 2004. La présence du populisme reste forte en Amérique latine, et sept des vingt-sept Etats de l’Union européenne sont aujourd’hui menés par des gouvernements ou des coalitions populistes. Non sans difficultés : le ressort du populisme tient dans la dénonciation des élites, ce qui pose naturellement problème quand les populistes arrivent au pouvoir. Leur allergie pour la représentation politique conduit souvent au césarisme, avec un recours au référendum ou au plébiscite pour retrouver un « bon sens » théoriquement partagé par le peuple et ignoré par les élites.

Il vous reste 36.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.