Guillaume Tabard: «Attention, un scrutin peut en cacher deux autres»

Il y a 1 semaine 22

Réservé aux abonnés

CONTRE-POINT - Outre les régionales, le gouvernement doit organiser le référendum sur l’environnement et des législatives avec une possible dose de proportionnelle. Un casse-tête.

Emmanuel Macron doit impérativement passer par l’épreuve des régionales en juin. POOL/REUTERS

C’est un contre-la-montre qui est lancé. Le gouvernement a quelques semaines seulement pour trouver la clé d’un Rubik’s Cube électoral permettant d’agencer trois scrutins de nature différente: les régionales, dont il faut fixer la date, le référendum, que le chef de l’État voudrait convoquer pour inscrire l’environnement dans la Constitution, et les législatives pour lesquelles il n’a pas renoncé à introduire de la proportionnelle. Chaque sujet est un casse-tête à soi seul. Leur combinaison rend l’équation encore plus compliquée.

À lire aussi :Régionales: les ministres se préparent

L’élection la plus lointaine, les législatives, est la plus urgente. La règle interdisant de modifier un scrutin moins d’un an avant l’échéance n’était qu’un principe non écrit. Depuis décembre 2019, elle a force de loi. De plus, même dans l’hypothèse d’une proportionnelle intégrale dans tout ou une partie des départements, l’exécutif devrait soumettre sa copie à la commission de contrôle du découpage électoral, créée en 2009, disposant de deux mois pour étudier

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article