Toulon : un épicier en garde à vue pour livraisons de gaz hilarant

Il y a 1 semaine 17
Drogue

Gaétan Trillat Publié le 23/02/2021 à 8h34

 un épicier en garde à vue pour livraisons de gaz hilarant Corinne Poleij / iStock / Getty Images

La police a découvert que cet épicier était à l'origine d'un système organisé de livraison de protoxyde d'azote, plus connu sous le nom de "gaz hilarant".

C’est un drôle de butin qu’ont découvert les policiers de Toulon, en contrôlant vendredi 19 février un livreur Uber Eats à vélo, dans la soirée. Dans son caisson, pas de repas à emporter mais une centaine de bonbonnes de protoxyde d’azote et des ballons de baudruche, destinés à aspirer ce gaz hilarant par la bouche, raconte France Bleu Provence, lundi 22 février. La police est remontée jusqu’au fournisseur, un épicier toulonnais qui avait fait de la vente de ce gaz, normalement destiné à la cuisine ou à la médecine, sa spécialité.

La perquisition menée dans les locaux du commerçant a été fructueuse : les agents de police sont repartis avec des centaines de bonbonnes de gaz mais aussi des cigarettes de contrebande. L’épicier avait par ailleurs rempli des ballons avec du gaz hilarant, qu’il vendait cinq euros l’unité, soit cinq fois le prix d’une bonbonne classique. Les deux individus ont été placés en garde à vue puis remis en liberté, rapporte la radio régionale, mais ils pourraient être prochainement jugés.

>> A lire aussi - Cocaïne, cannabis, drogue de synthèse… Quand la Poste livre des drogues sans le savoir

Le protoxyde d’azote est en vente libre dans les grandes surfaces car il est utilisé en cuisine pour les siphons à chantilly. Il sert aussi de gaz anesthésiant dans le milieu hospitalier. Toutefois, ces dernières années, le ministère de la Santé a alerté sur l’augmentation de l’utilisation de ce gaz par les jeunes dans un but récréatif. L’inhalation du protoxyde d’azote procure, pendant quelques secondes à une minute, un sentiment d’euphorie puissant, mais ce n’est pas sans danger : elle peut entraîner maux de tête, étourdissement voire perte de connaissance et asphyxie par manque d’oxygène. Le gaz hilarant peut également avoir des effets neurologiques néfastes à long terme.

>> A lire aussi - La décision radicale prise par Beauvais pour empêcher la consommation de gaz hilarant

Les dernières actus du secteur dans votre boite mail. Recevez notre newsletter ECO.

Lire la Suite de l'Article