Vous sentez mauvais ? Cet entrepreneur propose une analyse scientifique de votre odeur pour 150 dollars

Il y a 1 mois 33
Santé

Annick Berger Publié le 26/01/2021 à 22h16

Vous sentez mauvais ? Cet entrepreneur propose une analyse scientifique de votre odeur pour 150 dollars PeopleImages / Getty Images

L’initiative est plutôt originale. Un jeune entrepreneur japonais a décidé de se lancer dans un marché d’un genre nouveau : l’analyse de l’odeur corporelle. Avec son entreprise Odorate, il propose ainsi à ses clients une analyse personnalisée de leur odeur corporelle. Coût de l’opération : 150 dollars, soit environ 120 euros, détaille CBS News. Une idée qui pourrait lui rapporter gros alors que l’entrepreneur estime que 1% de la population japonaise, soit environ un million de personnes, est inquiète de savoir si elle sent mauvais ou non.

"Connaître leur odeur peut être un énorme soulagement pour ces personnes, explique à la chaîne américaine Shota Ishida, à l’origine du projet. C’est quelque chose qu’ils ne peuvent pas évoquer avec leurs amis ou en famille". L’entrepreneur de 30 ans a eu cette idée alors qu’il était encore étudiant. Il était alors obsédé par son odeur corporelle. Une obsession qu’il a décidé d’utiliser dans sa vie.

Des "tests de reniflement"

Le trentenaire s’est donc associé avec un ami chimiste et, en 2019, ils ont mis au point une technologie permettant d’analyser l’odeur des personnes. Les clients de l’entreprise portent ainsi un t-shirt spécial durant 24 heures qu’ils envoient par la suite pour analyse. La technologie utilisée par Odorate est également utilisée par la police scientifique pour identifier des substances chimiques inconnues. Elle est aussi largement répandue pour l’analyse de pesticides ou dans l’industrie de l’alimentation ou des parfums.

>> A lire aussi - Mauvaises odeurs, bruit de clavier… ces tics de collègues qui nous insupportent. Et comment y remédier.

L’entreprise teste 25 composés organiques, réputés pour leur mauvaise odeur, comme le diacétyle, associé à l’odeur des pieds sales ou de la transpiration, ou le Non-2-énal, une odeur souvent perçue comme "l’odeur de la vieillesse". En plus de ces tests, l’entrepreneur effectue un "test de reniflement" pour les aisselles, le col et le dos des t-shirts pour détecter une mauvaise odeur, explique le site Asahi. Des analyses qui permettent, à la fin du processus, de savoir si le client est odorant ou non.

Si le travail n’est pas des plus agréables, Shota Ishida explique se limiter à six chemises par jour de travail. "Les gens pensent que c’est dégoûtant, mais ça ne me dérange pas", explique-t-il. Une méthode qui semble fonctionner : en un peu plus d’un an, le trentenaire a vendu plus de 1.000 kits de dépistage d’odeur et devrait lancer, prochainement, un nouveau kit d’analyse centré uniquement sur les odeurs provenant des aisselles.

Lire la Suite de l'Article